NEF - Le Livre 010101 de Marie Lebert - Entretiens 1998-2001 - Robert Beard

Interviews in English
Entretiens en français

Robert Beard (Pennsylvania)
Co-Founder of, a major language portal

Interview 01/09/1998
Interview 17/01/2000

Interview of September 1, 1998

How did using the Internet change your professional life?

As a language teacher, the Web represents a plethora of new resources produced by the target culture, new tools for delivering lessons (interactive Java and Shockwave exercises) and testing, which are available to students any time they have the time or interest - 24 hours a day, 7 days a week. It is also an almost limitless publication outlet for my colleagues and I, not to mention my institution.

How do you see the growth of a multilingual Web?

There was an initial fear that the Web posed a threat to multilingualism on the Web, since HTML and other programming languages are based on English and since there are simply more websites in English than any other language. However, my websites indicate that multilingualism is very much alive and the Web may, in fact, serve as a vehicle for preserving many endangered languages. I now have links to dictionaries in 150 languages and grammars of 65 languages. Moreover, the new attention paid by browser developers to the different languages of the world will encourage even more websites in different languages.

How do you see the future?

Ultimately all course materials, including lecture notes, exercises, moot and credit testing, grading, and interactive exercises far more effective in conveying concepts that we have not even dreamed of yet. The Web will be an encyclopedia of the world by the world for the world. There will be no information or knowledge that anyone needs that will not be available. The major hindrance to international and interpersonal understanding, personal and institutional enhancement, will be removed. It would take a wilder imagination than mine to predict the effect of this development on the nature of humankind.

Interview of January 17, 2000

Can you tell us about

A Web of Online Dictionaries (WOD) is now a part of (as of February 15, 2000). The new website is an index of 1200+ dictionaries in more than 200 languages. Besides the WOD, the new website includes a word-of-the-day-feature, word games, a language chat room, the old Web of On-line Grammars (now expanded to include additional language resources), the Web of Linguistic Fun, multilingual dictionaries; specialized English dictionaries; thesauri and other vocabulary aids; language identifiers and guessers, and other features; dictionary indices. will hopefully be the premiere language portal and the largest language resource site on the Web. It is now actively acquiring dictionaries and grammars of all languages with a particular focus on endangered languages. It is overseen by a blue ribbon panel of linguistic experts from all over the world.

What exactly is your activity?

I am now a founder, officer and member of the board of, Inc. and will be retiring from Bucknell this spring at which time I must remove my sites from Bucknell's servers. I think the company will generate resources to allow my work to continue and expand.

Has new projects and new ideas?

Indeed, has lots of new ideas. We plan to work with the Endangered Language Fund in the US and Britain to raise money for the Foundation's work and publish the results on our site. We will have language chatrooms and bulletin boards. There will be language games designed to entertain and teach fundamentals of linguistics. The Linguistic Fun page will become an on-line journal for short, interesting, yes, even entertaining, pieces on language that are based on sound linguistics by experts from all over the world.

What do you think of the debate about copyright on the Web?

Open access is never free; someone pays the salaries of those who develop open access, public domain applications. My website has been free and free of commercial activities so long as Bucknell has provided me with a salary and free ISP services. Now that I am retiring and must remove my sites from Bucknell servers, my choices are to take the sites down, sell them, or generate revenue streams that will support the site. I have chosen the latter course. The resources will remain free of charge, only because we will be offering other services for fee. These services will be based on copyrighted properties to guarantee that the funds generated go to the source that generates them.

As for the debate (and court actions) over deep linking and the like, I think this carries copyright too far. Linking should be the decision of the website that carries the hyperlink. Websites are fair game for linking since they are on a public network. If they don't want to be on a public network, let them create a private one. This leads to the conclusion that porn sites may link to family-oriented sites, a conclusion that no doubt worries some. So long as the link does not go in the other direction, however, I see no immediate problem with this.

How do you see the growth of a multilingual Web?

While English still dominates the Web, the growth of monolingual non-English websites is gaining strength with the various solutions to the font problems. Languages that are endangered are primarily languages without writing systems at all (only 1/3 of the world's 6,000+ languages have writing systems). I still do not see the Web contributing to the loss of language identity and still suspect it may, in the long run, contribute to strengthening it. More and more Native Americans, for example, are contacting linguists, asking them to write grammars of their language and help them put up dictionaries. For these people, the Web is an affordable boon for cultural expression.

What is your best experience with the Internet?

My own website, whose popularity continues to astound me. I receive a dozen or so letters from visitors each day, at least half of which compliment my work. It is difficult to maintain the size of my ego but the flattery is very good for the soul. I am astounded that only 6 years away from the inception of the Web, I can find over 1200 creditable on-line dictionaries in more than 200 different languages.

And your worst experience?

The worst experience is finding my website copied with my name removed from it. I have always been able to resolve the problem, however. My experience with the Internet has been very positive and if succeeds, it will be even more positive.

Robert Beard (Pennsylvanie)
Co-fondateur de, portail de référence pour les langues

Créé par Robert Beard en 1999, dans le prolongement de son ancien site "A Web of Online Dictionaries", intégré à celui-ci le 15 février 2000. Ce portail majeur est consacré aux dictionnaires - 1.500 dictionnaires dans 230 langues - et aux langues en général (vocabulaires, grammaires, apprentissage des langues, etc.). En tant que portail de toutes les langues sans exception, il accorde une importance particulière aux langues minoritaires et menacées.

Entretien 01/08/1998
Entretien 17/01/2000

Entretien du 1er septembre 1998

Quel est l'apport de l'internet dans votre vie professionnelle?

En tant que professeur de langues, je pense que le web présente une pléthore de nouvelles ressources disponibles dans la langue étudiée, de nouveaux instruments d'apprentissage (exercices interactifs Java et Shockwave) et de test, qui sont à la disposition des étudiants quand ceux-ci en ont le temps ou l'envie, 24 heures / 24 et 7 jours / 7. Aussi bien pour mes collègues que pour moi, et bien sûr pour notre établissement, l'internet nous permet aussi de publier pratiquement sans limitation.

Comment voyez-vous l'expansion du multilinguisme sur le web?

On a d'abord craint que le web représente un danger pour le multilinguisme, étant donné que le langage HTML et d'autres langages de programmation sont basés sur l'anglais et qu'on trouve tout simplement plus de sites web en anglais que dans toute autre langue. Cependant, les sites web que je gère montrent que le multilinguisme est très présent et que le web peut en fait permettre de préserver des langues menacées de disparition. Je propose maintenant des liens vers des dictionnaires dans 150 langues différentes et des grammaires dans 65 langues différentes. De plus, comme ceux qui développent les navigateurs manifestent une attention nouvelle pour la diversité des langues dans le monde, ceci va encourager la présence de davantage encore de sites web dans différentes langues.

Comment voyez-vous l'avenir?

L'internet nous offrira tout le matériel pédagogique dont nous pouvons rêver, y compris des notes de lecture, exercices, tests, évaluations et exercices interactifs plus efficaces que par le passé parce que reposant davantage sur la notion de communication. Le web sera une encyclopédie du monde faite par le monde pour le monde. Il n'y aura plus d'informations ni de connaissances utiles qui ne soient pas diponibles, si bien que l'obstacle principal à la compréhension internationale et interpersonnelle et au développement personnel et institutionnel sera levé. Il faudrait une imagination plus débordante que la mienne pour prédire l'effet de ces développements sur l'humanité.

Entretien du 17 janvier 2000

(entretien original en anglais)

En quoi consiste exactement

"A Web of Online Dictionaries" (WOD) est maintenant intégré à Le nouveau site indexe 1.200 dictionnaires dans 200 langues différentes. Outre le WOD, il comprend: le mot du jour, des jeux de mots, un groupe de discussion sur les langues, des grammaires en ligne (incluant des grammaires dans de nouvelles langues), des éléments de base sur la linguistique, des dictionnaires multilingues, des dictionnaires spécialisés de langue anglaise, des thésaurus et outils de vocabulaire, des outils permettant d'identifier des langues, des index de dictionnaires, etc. a pour objectif d'être le premier portail et la principale ressource en langues sur le web. Nous sommes en train de rassembler des dictionnaires et grammaires dans toutes les langues, avec un souci particulier pour les langues menacées. Le site est supervisé par un comité d'experts linguistiques du monde entier.

Quelle est exactement votre activité?

Je suis le fondateur et le gérant du site, et je suis membre du conseil d'administration de la société, Inc. Professeur à l'Université de Bucknell, je prends ma retraite au printemps, date à laquelle je dois retirer mes sites des serveurs de l'université. Je pense que la société générera les ressources me permettant de continuer mon travail.

Quoi de neuf depuis notre premier entretien?

Nos nouvelles idées sont nombreuses. Nous projetons de travailler avec le Endangered Language Fund aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne pour rassembler des fonds pour cette fondation et nous publierons les résultats sur notre site. Nous aurons des groupes de discussion et des bulletins d'information sur les langues. Il y aura des jeux de langue destinés à se distraire et à apprendre les bases de la linguistique. La page "Linguistic Fun" (éléments de base sur la linguistique) deviendra un journal en ligne avec des extraits courts, intéressants et même amusants dans différentes langues, choisis par des experts du monde entier.

Que pensez-vous des débats liés au respect du droit d'auteur sur le web?

L'accès libre n'est jamais gratuit, puisque ce sont des personnes salariées qui développent les applications en accès libre appartenant au domaine public. Mon site web est gratuit, et il n'était pas une affaire commerciale tant que l'Université de Bucknell m'a versé un salaire et m'a fait bénéficier de ses propres services d'accès à l'internet. Maintenant que je prends ma retraite et que je dois retirer mes sites des serveurs de Bucknell, j'ai eu le choix entre supprimer mes sites, les vendre ou générer des revenus permettant de continuer cette activité. J'ai choisi la dernière solution. Les ressources disponibles resteront gratuites parce que nous offrirons d'autres services qui seront payants. Ces services seront basés sur les règles du copyright pour garantir le versement des fonds à la bonne source.

En ce qui concerne le débat (et les actions judiciaires) sur les liens, je pense qu'il y a excès dans l'application du copyright. Un lien vers un autre site devrait appartenir au site qui crée le lien. Il est normal de créer des liens vers d'autres sites web appartenant à un réseau public. Si des sites ne souhaitent pas être sur un réseau public, ils peuvent créer un réseau privé. Ceci mène à la conclusion que les sites pornographiques peuvent proposer des liens vers d'autres sites du même type, conclusion qui peut en inquiéter certains. Je ne vois toutefois pas de problème immédiat à cela dans la mesure où les liens ne sortent pas de ce cadre.

Comment voyez-vous l'évolution vers un internet multilingue?

Si l'anglais domine encore le web, on voit s'accentuer le développement de sites monolingues et non anglophones du fait des solutions variées apportées aux problèmes de caractères. Les langues menacées sont essentiellement des langues non écrites (un tiers seulement des 6.000 langues existant dans le monde sont à la fois écrites et parlées). Je ne pense pourtant pas que le web va contribuer à la perte de l'identité des langues et j'ai même le sentiment que, à long terme, il va renforcer cette identité. Par exemple, de plus en plus d'Indiens d'Amérique contactent des linguistes pour leur demander d'écrire la grammaire de leur langue et de les aider à élaborer des dictionnaires. Pour eux, le web est un instrument à la fois accessible et très précieux d'expression culturelle.

Quel est votre meilleur souvenir lié à l'internet?

Mon propre site web, dont la popularité continue de me stupéfier. Je reçois quotidiennement une douzaine de lettres de visiteurs, dont la moitié au moins me félicite pour mon travail. Je ne veux pas tomber dans une autosatisfaction démesurée, mais ces compliments me font très plaisir. Je suis également stupéfait du fait que, six ans seulement après les débuts du web, je puisse dénombrer plus de 1.200 dictionnaires en ligne qui soient dignes d'intérêt, dans plus de 200 langues différentes.

Et votre pire souvenir?

Mon pire souvenir a été de voir mon site web copié sans mention de mon nom. Mais j'ai toujours pu résoudre ce problème. En général, mes souvenirs liés à l'internet sont positifs et ils le seront plus encore si a du succès.

Liste des Entretiens
Page d'accueil du Livre 010101
Page d'accueil du NEF

© 1998, 2000 Robert Beard & Marie Lebert