1. En même temps, beaucoup de linguistes considèrent cette notion du concept stable comme peu fiable, ou, au moins, insuffisante (Gross (1988), Riegel (1991), Boisson (1997), Arnaud (2003 : 25) ainsi que Gaudin et Guespin (2000) cités ci-dessus). C'est pourquoi j'ai eu recours à des tests d'identification pour les composés (voir 0.2).
2. Voir également Hay (2003) pour une démonstration du fait qu'une interprétation sémantique non compositionnelle, non prédictible découle de la lexicalisation.
3. "We believe in the distinction of metalanguage and object language and therefore claim that the meanings of natural language units should not be represented using unadorned lexical units of the same language. In the most general case, the meaning-encoding metalanguage should be a full-blown language-independent conceptual world model."